Témoignage de Francis Leblond

L’AAQ — Au cœur du milieu archivistique québécois

Lors d’un premier contrat en archivistique, réalisé pour le Comité interministériel sur les archives judiciaires vers la fin des années 1980, j’ai eu la chance d’occuper un bureau voisin de celui de Gilles Héon, qui était alors chef des Services au public aux Archives nationales du Québec. Or, Gilles avait l’AAQ tatouée sur le cœur et en était un promoteur particulièrement convaincant. Rien de plus naturel pour lui que de vanter les mérites de l’AAQ auprès d’une verte recrue. C’est donc lui qui, le premier, m’a fait comprendre ce qu’une association professionnelle comme l’AAQ pouvait apporter à ses membres, à la profession et, ultimement à la communauté. Par le réseautage qu’elle génère, par les travaux et les publications qui émanent de ses activités ainsi que par l’influence qu’elle peut exercer sur les décideurs dans ses champs de compétence, l’AAQ me fut présentée par Gilles comme un élément absolument incontournable du paysage archivistique québécois et canadien. Il avait bien raison.

Peu après, lorsque je fus embauché comme archiviste au Mouvement Desjardins, mon premier réflexe fut naturellement d’informer Gilles que j’adhérais immédiatement à l’AAQ et le remercier pour ses bons conseils. Sautant sur l’occasion, il me parla alors des bénéfices à s’engager bénévolement au sein de l’association. Quoi de mieux en effet pour rencontrer des collègues, partager des expériences et comprendre encore davantage les subtilités de la profession ? Devant une perche si habilement tendue, il était bien difficile de résister… Je me retrouvai donc quelques jours plus tard membre du « Comité de promotion et de recrutement » !

Ce fut une expérience réellement enrichissante et, à partir de là, j’ai toujours essayé de demeurer engagé bénévolement dans l’une ou l’autre des composantes du milieu archivistique. Cette première implication auprès de l’AAQ, ainsi que les subséquentes, tout comme la participation à de multiples activités de l’association, m’auront permis de rencontrer de nombreux collègues passionnés, compétents et attachants, qui sont devenus des amis au fil des ans.

Globalement, c’est en bonne partie grâce à l’AAQ si, aujourd’hui, j’ai le sentiment de faire partie d’une communauté professionnelle dynamique et toujours en mouvement.

Longue vie à notre association !

Francis Leblond