Témoignage d’Yvon Lemay

L’archiviste, un professionnel plus solidaire que solitaire

Aux yeux du public, l’archiviste est un être solitaire dont les activités professionnelles s’exercent dans l’ombre à l’abri des regards. Considéré comme ayant un pied dans le passé, et l’autre quelque part ailleurs dans l’avenir, il est donc perçu comme étant peu présent dans le quotidien. Pourtant, nous le savons, la réalité des archivistes est bien différente.

Lors du dernier congrès de l’association à Québec, à l’heure du lunch, le hasard a fait que je me suis retrouvé à une table dont la presque totalité des archivistes appartenait à un même milieu de pratique : les archives religieuses. Au même moment, la présidente du congrès profitait de l’occasion, avant de passer le flambeau à la prochaine présidente et à sa nouvelle équipe, pour remercier tous les membres de l’association ayant pris part à la tenue de l’évènement. Et ils étaient des plus nombreux à avoir participé à l’une ou l’autre des multiples tâches à effectuer depuis l’accueil jusqu’à la programmation.

Voilà donc le message que je souhaite adresser tout spécialement aux futurs archivistes à l’occasion du 50e anniversaire de fondation de l’AAQ. Devenir membre de l’un des comités de l’association, alimenter ses différentes tribunes, y partager son expérience et ses réflexions, ou simplement participer aux diverses activités, bref, quel que soit son degré d’implication dans la vie associative, celle-ci s’avère néanmoins fondamentale. Car être archiviste c’est d’abord et avant tout appartenir à une communauté sans qui nos idées, nos pratiques, nos intérêts, nos idéaux n’auraient que bien peu d’emprise sur la réalité.

Aussi, c’est par la force de leur association et la notoriété qu’elle a acquise au fil des ans que passe l’avenir des archives tout comme celui des archivistes. Aujourd’hui plus que jamais, notre adhésion s’y avère donc essentielle.

Yvon Lemay