En cette année du 50e anniversaire de la fondation de l’Association des archivistes du Québec, un hommage ému et bien senti à tous nos chers disparus s’impose. Que ce soit par le rôle qu’ils ont joué lors de la mise en place de l’AAQ, par leur engagement associatif et leur contribution au développement de l’archivistique québécoise, tous ces archivistes méritent notre profonde reconnaissance et nos remerciements les plus chaleureux. Comme il n’était pas possible de constituer la liste exhaustive de toutes ces personnes, nous avons voulu rendre hommage à ceux qui nous ont quittés au cours des dernières années.

Jacques Ducharme (1948-1989). Il a été un archiviste largement reconnu par ses pairs. Il a exercé sa profession principalement au Service des archives de l’Université de Montréal de 1973 à 1981 et aux Archives nationales du Québec de 1981 à 1989. Il a aussi été chargé de cours à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information. Il a inspiré et mentoré toute une génération d’archivistes au moment de la mise en place des premières normes archivistiques. À l’Association des archivistes du Québec, il a occupé plusieurs postes dont ceux de trésorier et de directeur de la revue Archives et a été membre de plusieurs comités. En reconnaissance de son implication dans la vie de l’Association, celle-ci a créé en 1991 le Prix Jacques-Ducharme pour souligner le travail et les réalisations exceptionnels d’une personne ou d’un groupe d’individus qui ont contribué au développement de l’archivistique et de la gestion.

Bernard Weilbrenner (1929-2002). Il a occupé des postes d’archiviste à différents niveaux aux Archives publiques du Canada et aux Archives du Québec. Très impliqué dans les regroupements professionnels tant au plan national qu’international, il a été président de l’AAQ et a œuvré dans plusieurs comités de cette association. L’Association lui attribua son Prix annuel en 1983 et lui décerna le titre de Membre émérite en 1987. Il a aussi été parmi les premiers à dispenser des enseignements en archivistique à l’Université Laval à Québec.

Jacques Grimard (1947-2007). Le titre des Mélanges qui ont été publiés aux Presses de l’Université du Québec en 2009 pour lui rendre hommage est tout à fait approprié en le présentant comme un « constructeur, gardien et communicateur » (1). Jacques Grimard a commencé sa carrière d’archiviste en 1974 au Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa. Par la suite, il a occupé le poste de conservateur adjoint des Archives nationales du Québec à Montréal de 1979 à 1981 et à Québec de 1982 à 1987. En 1987-1988, il a été le premier enseignant responsable du programme de certificat en archivistique comme professeur invité à l’Université Laval. Il a ensuite poursuivi sa carrière à Ottawa aux Archives nationales du Canada de 1988 à 2000 et au ministère du Patrimoine canadien de 2000 à 2001. Enfin, de 2001 à 2007, il a été professeur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information (EBSI) de l’Université de Montréal. À l’Association des archivistes du Québec, il a été membre de plusieurs comités importants. En reconnaissance de son implication dans la vie de l’Association des archivistes du Québec, celle-ci a désigné de son nom un de ses Prix annuels en 2009. Le prix Jacques-Grimard est attribué à une personne qui a contribué de façon remarquable au développement de l’archivistique au Québec.

Jean-Pierre Wallot (1935-2010). À la suite d’un court passage comme journaliste au Progrès de Valleyfield, il est passé à l’enseignement universitaire. Il a été un professeur-chercheur apprécié à l’Université de Montréal, à l’Université de Sherbrooke, à l’Université de Toronto, à l’Université d’Ottawa et à l’Université Concordia. Il a été aussi administrateur à l’Université de Montréal et devint après archiviste national du Canada, poste qu’il a occupé de 1985 à 1997. Tout au long de sa carrière de professeur d’université, il a été amené à faire beaucoup de recherche dans plusieurs centres au Canada et ailleurs dans le monde. Il a ainsi développé une connaissance approfondie du milieu archivistique et a toujours été très présent pour les regroupements professionnels comme l’AAQ.

Robert Garon (1942-2012). Comme cela est mentionné dans le livre de Mélanges publié aux Presses de l’Université du Québec et qui lui a été offert en 2003, Robert Garon a été « un homme de passion et de vocation » (2). Après des études universitaires à Québec et à Paris, il a occupé un poste d’enseignant en archivistique à l’Université Laval à compter de 1969. Il est passé par la suite à la fonction publique du Québec en 1975 comme responsable de la gestion documentaire au ministère des Affaires intergouvernementales. Il est devenu conservateur adjoint des Archives nationales du Québec en 1977 et en a été le conservateur de 1980 à 2000. Il a piloté l’adoption de la Loi sur les archives en 1983 et a présidé à sa mise en place. À l’Association des archivistes du Québec, il a occupé plusieurs postes dont ceux de président et de directeur de la revue Archives. Il a aussi été membre de plusieurs comités. En reconnaissance de son implication dans la vie de l’Association des archivistes du Québec, celle-ci a désigné un prix annuel au nom de Robert-Garon en 2007. Ce prix souligne le travail et les réalisations exceptionnelles des organismes publics et privés.

Richard Juneau (1955-2013). Richard a toujours été un membre dévoué, inspirant, généreux et grandement apprécié de notre Association. Il n’a pas compté son temps pour participer activement et avec grande conviction au développement de l’AAQ. Que ce soit à titre de trésorier, de vice-président, de président, de membre et de responsable de plusieurs comités importants. Richard a laissé des traces indélébiles de son passage à l’AAQ. Il devint membre émérite de l’AAQ à titre posthume en 2013.

Avec toute notre reconnaissance pour le travail accompli par celles et ceux qui nous ont tracé la voie et ont permis à l’Association d’être ce qu’elle est aujourd’hui, une belle et grande « rassembleuse ». En paraphrasant Isaac Newton, rappelons-nous que si nous avons vu plus loin, c’est en nous tenant sur les épaules de nos disparus.

Texte rédigé par Carol Couture


1. L’archiviste constructeur, gardien et communicateur ; mélanges en hommage à Jacques Grimard, 1947-2007. Textes de Jacques Grimard recueillis par Yvon Lemay et Louise Gagnon-Arguin. Québec, PUQ, 2009.

2. La gestion d’un centre d’archives ; mélanges en l’honneur de Robert Garon, sous la direction de Louise Gagnon-Arguin et Jacques Grimard. Québec, PUQ, 2003.