Témoignage de Mylène Bélanger
Responsable du Comité de La Chronique 2013 – 2014
Responsable du Comité des communications 2014 –

J’ai débuté l’expérience AAQ en 2013, lorsque Mme Isabelle Dion a proposé mon nom à Mme Louise Gagnon-Arguin afin de joindre le comité de publication de La Chronique. Très honorée de cette recommandation, j’étais également nerveuse à l’idée de travailler aux côtés d’une archiviste de renom – après tout, cela ne faisait quand même pas si longtemps que j’avais quitté les bancs de l’université! Quel plaisir de découvrir une femme généreuse qui a mis tout son temps à m’initier aux rouages de l’AAQ.

C’est ainsi qu’en novembre 2013, Mme Gagnon-Arguin me démontra une réelle confiance en me remettant les rênes du bulletin. Désormais, j’étais également présente aux réunions du conseil d’administration. J’ai eu le plaisir d’y rencontrer des gens chaleureux, accueillants et tous dévoués à notre profession.

Se sentir partie prenante du milieu et développer un réseau de contacts aussi riche m’a évidemment motivée d’autant plus dans mon travail professionnel. C’était également une source intarissable de conseils pour la novice que j’étais et un remède efficace lorsque je rencontrais une problématique au travail. Plus que cela, l’AAQ m’aide au développement de mes compétences – certes archivistiques – mais aussi au niveau de mes relations interpersonnelles.

Les années amenant le changement, M. Charles Cormier me délégua la responsabilité du comité des communications, avec Mme Catherine Dugas en tant que coresponsable, en juin 2014. Catherine et moi avions suivi un cours ensemble lors du certificat en archivistique, mais je ne peux pas dire que nous avions vraiment développé un lien, même si nous avions fait équipe sur certains projets. J’avais également eu le plaisir de découvrir un peu plus Catherine lorsque nous avons cofondé et administré – avec d’autres collègues archivistes – le groupe Archivistes étudiants et diplômés du Québec (ARÉDIQ). Mais c’est réellement à partir de l’étroite collaboration développée au sein du comité des communications de l’AAQ que j’ai vraiment appris à connaître Catherine et à l’apprécier. Grâce à ce bénévolat, je peux dire que j’ai incontestablement acquis une amie.

Et là est véritablement une des plus grandes forces de l’AAQ : réunir des gens différents dans une même vision, pour l’avancement de notre belle profession. Plus que cela, l’AAQ réunit des gens vrais, des gens qui peuvent potentiellement transformer nos vies et devenir de vrais amis.

Mylène Bélanger