Témoignage de Marie-Josée Courchesne
Présidente 2002-2003

Lors de mon discours à la présidence, j’évoquais, en 2002, la difficulté de mettre en mots ce qui m’anime et ce que je souhaite pour cette l’Association si importante dans ma vie professionnelle. Aujourd’hui, malgré le temps écoulé, l’exercice n’est pas plus aisé. Un bénévolat quasi constant depuis plus de 20 ans multiplie forcément le nombre de rencontres, d’échanges et d’apprentissages formant ainsi une solide expérience et des souvenirs en abondance.

Quel est le point marquant de cette expérience, quel fil conducteur relie tous ces souvenirs ? Et de la même façon qu’en 2002, je vous dis, sans hésiter, le réseau des collègues, et surtout le plaisir du partage.

Pour moi l’AAQ, c’est avant tout la force d’unir nos connaissances et le support important qu’elle offre ainsi à ses membres. Elle a évolué au rythme des développements de notre profession. Elle a donné à ses membres la formation nécessaire pour s’adapter aux nouvelles exigences du métier. En ce sens, l’AAQ a façonné une grande partie de ma carrière. Ce fut le cas, lors de l’adoption des Règles pour la description des documents d’archives (RDDA) en 1990 alors que j’ai suivi les formations de l’AAQ, pour finalement devenir formatrice. Eh oui, difficile aujourd’hui d’imaginer qu’à une époque, on n’apprenait pas ces notions sur les bancs d’école.

En tant que responsable de la région Est et membre de plusieurs comités de congrès, j’ai eu l’occasion d’assister à plusieurs formations. Ainsi, j’ai acquis plusieurs connaissances, notamment, en gestion des documents électroniques alors que ce domaine en était à ses balbutiements. Connaissances qui ont tracé le chemin que j’ai parcouru depuis.

Chacune de mes contributions à l’AAQ représente une source d’apprentissage, d’expérimentation et de partage. Avec les années, et en grande partie grâce à notre association, j’ai développé une expertise importante. Expertise que j’ai eu le plaisir de partager avec plusieurs d’entre vous à titre de formatrice et de conférencière.

L’AAQ, c’est également, cette merveilleuse expérience que fut ma participation au Stage technique international d’archives, en 2008, à Paris. En représentant notre association, j’ai rencontré 33 archivistes provenant de 26 pays différents. Au cours de ce stage, j’ai découvert une diversité de pratiques archivistiques, mais surtout un intérêt commun pour les archives et leur diffusion.

Partage, échanges et expertises, voilà ce que je retiens de mon association et je lui souhaite longue vie.

Marie-Josée Courchesne